Asiminier : tout savoir sur Asimina triloba

L’asiminier est un arbre caduque originaire d’Amérique du Nord et encore peu connu en France. De la famille des annones, ses fruits au goût inattendu le place en bonne position pour intégrer un jardin exotique. Cette proposition est d’autant plus attirante que l’asiminier est rustique dans le sud-est de la France et de culture facile. Vous souhaitez en savoir davantage sur la culture d’Asimina triloba ? Vous êtes sur la bonne page. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Qui est l’asiminier ?

L’asiminier est un arbre au feuillage caduc. Il atteint et dépasse souvent les 10 mètres de hauteur. Pour cinq à six mètres de large. Son port est pyramidal. Il que l’on retrouve naturellement dans l’est des États-Unis et au sud-est du Canada.

Les botanistes le nomment Asimina triloba. Les anglophones le désignent sous le nom de Paw Paw. D’un point de vue botanique, il appartient à la famille des Annonacées. Il est l’un des rares représentant de cette famille à pousser en dehors d’une région au climat tropical.

L’asiminier porte de grandes feuilles pendantes. Elles apparaissent assez tard au printemps et toujours après la floraison. Certaines personnes manifestent une réaction allergique après avoir manipulé le feuillage. Les fleurs d’aspect étrange attirent de nombreux insectes, comme des papillons, mais aussi des mouches.

Comment cultiver Asimina triloba ?

L’asiminier pousse bien dans un milieu ouvert et ensoleillé. Il peut alors se développer en largueur et adopte un port pyramidal caractéristique.

Rusticité de l’asiminier

L’asimier est une plante qui est parfaitement rustique sous les climats continentaux. On peut aussi la planter en région méditerranéenne. Cet arbre peut survivre à des températures jusqu’à -20°C.

Plantation d’un jeune arbre

L’asiminier ne se plante pas à racines nues, comme c’est le cas pour beaucoup d’arbres fruitiers. Il faut donc faire l’achat d’une plante élevée en pot.

Pour le sud-est de la France, la meilleure époque de plantation est l’automne. À partir du mois d’octobre, les températures sont plus basses, les précipitations sont de retour et les plantes entrent en repos végétatif. Tout au long de l’hiver et durant le printemps suivant, les asiminiers auront le temps de s’enraciner correctement. Ils seront aptes à affronter leur premier été en pleine terre.

Entretien d’Asimina triloba

L’asiminier est de culture facile et les arbres demandes peu d’attention de la part du jardinier. Dans des conditions de culture fruitière, les arboriculteurs pratiquent des tailles qui permettent à un accès plus facile aux fruits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha − 3 = 1