Bambous : plantation et entretien

Les bambous sont des graminées de grande dimension. Il en existe de nombreuses espèces de part le monde, sauf en Europe. Beaucoup des bambous que l’on cultive en France sont originaires d’Asie tempéré. Et plus particulièrement de Chine, de Corée et du Japon. Les montagnes himalayennes sont une provenance de nombreuses espèces ornementales de bambous.

Les bambous sont cultivés depuis longtemps dans les jardins en Europe. Et bien que la plupart n’apprécient pas les étés chauds et secs, il est possible de cultiver des bambous en Provence et autres régions au climat méditerranéen. Cet article vous présente les précautions à prendre dans le choix des espèces et de l’emplacement. Mais aussi les soins à apporter durant la plantation et tout au long de l’année.

Quelles sont les espèces à choisir ?

Les botanistes ont décrits environ 1500 espèces de bambous. La plupart de ces graminées géantes sont originaires des régions subtropicales et tropicales. Mais beaucoup d’espèces aux qualités ornementales poussent dans des régions tempérées et sont capables d’endurer des hivers froids.

Signalons que quelques espèces de graminées géantes sont souvent confondues avec une espèce de bambou. Il s’agit par exemple d’Arundo donax. Ces espèces peuvent aussi trouver un usage dans un jardin.

Bambous naims et bambous géants

Le premier critère de choix est la taille que peut atteindre une espèce de bambou. Certains bambous ont des tiges – que l’on nomme des chaumes – de quelques dizaines de centimètres de haut. Ces bambous peuvent même être tondus pour leur donner un port touffu et bas. Les bambous naims – dont la taille est inférieure à 1 mètre – appartiennent pour beaucoup au genre Sasa et au genre Pleioblastus.

Inversement, il existe des espèces dont les chaumes peuvent atteindre plusieurs mètres de haut. En France, les bambous les plus hauts (comme Phyllostachys pubescens) peuvent dépasser les vingt mètres. On parle de bambous géants. Ces espèces appartiennent pour beaucoup au genre Phyllostachys.

Les bambous fleurissent rarement (ici floraison de Phyllostachys viridis).

Bambous traçants ou bambous cespiteux

Les bambous sont souvent décrits comme envahissants. Il est vrai que pour certaines espèces, les rhizomes peuvent couvrir de grandes distances. Quelques espèces peuvent ainsi passer sous un chemin et apparaitre à plusieurs mètres de l’autre côté.

Les bambous du genre Phyllostachys sont souvent des espèces traçantes et ont besoin d’une surface importante pour obtenir un aspect esthétique. On obtient en quelques années un bosquet ou parfois une petite forêt de bambous. On parle alors d’une bambusaie (et non pas bambuseraie).

Si vous ne souhaitez pas planter d’espèces envahissantes, vous pouvez toutefois utiliser quelques espèces de bambous. Dans ce cas, les rhizomes ne poussent pas beaucoup et l’on obtient un effet de touffe de chaumes. On parle d’espèces cespiteuses.

Le genre Fargesia est riche de nombreuses espèces très résistantes au froid et peu traçantes. Ces bambous sont pour la plupart inférieures à 3 mètres de hauteur et on peut aussi essayer de les cultiver en pot ou dans un bac sur une terrasse.

Si votre jardin est situé en Provence littorale et que les hivers sont rarement froids, il est possible de choisir des bambous d’origine subtropicale. Notons les espèces du genre Bambusa dont beaucoup d’espèces peuvent trouver une plante dans un jardin de petit surface. Mais aussi une espèce mexicaine peu connue et pourtant très ornementale, Otatea acuminata. La région de Menton et les d’autres lieux pratiquement hors-gel peuvent aussi planter le bambou géant que les botanistes nomment Dendrocalamus asper.

Où planter des bambous ?

Comme nous l’avons expliqué, certaines espèces sont envahissantes et d’autres ne le sont pas. En fonction de ce comportement au jardin, on devra choisir une surface plus ou moins importante pour obtenir un aspect esthétique. Les bambous étouffent les autres plantes. Il ne faut donc pas compter sur des mélanges avec d’autres espèces. Il ne faut pas non plus mélanger différentes espèces de bambous. Car l’une prendra le dessus et tendra à dominer les autres.

Une espèce cespiteuse aura besoin de quelques mètres carrés tout au plus. Par contre, un bambou géant et traçant, comme un grand Phyllostachys, à besoin de plusieurs dizaines de mètres carrés. On délimitera une zone dans un parc ou un jardin pour obtenir une petite forêt.

Il est aussi possible de planter une haie de bambous. C’est souvent comme cela que les jardiniers introduisent des bambous dans leur jardin. Cette utilisation est souvent motivée pour obtenir un coupe-vent ou un écran visuel. Les bambous étant des plantes au feuillage persistant, ils répondent à ce besoin.

Toutefois, il faut alors maitriser le développement de leur système racinaire pour ne pas les voir sortir de l’espace assigné. Pour obtenir un bon résultat, choisissez un bambou de taille moyenne, qui ne dépasse pas cinq mètres au plus fort de son développement. Phyllostachys aurea est alors souvent utilisé. Pseudosasa japonica est aussi une espèce intéressante et dont le feuillage est très beau.

Comment planter des bambous ?

Les bambous apprécient les terres riches en matières organiques et qui sont bien drainantes. C’est-à-dire des sols où l’eau de pluie ou d’irrigation s’infiltrent rapidement. On évitera surtout les lieux marécageux.

Car contrairement à ce que l’on peut lire ou entendre, les bambous ne sont pas des plantes aquatiques qui poussent les racines dans l’eau. Le seul qui semble s’en accommoder est Arundinaria gigantea qui pousse dans les everglades et les marais du sud-est des États-Unis.

Un bambou préfère un sol profond. Les sols caillouteux ne lui conviennent pas. Si votre sol est peu épais et que vous souhaitez malgré tout cultivez des bambous, il faut apporter de la terre végétale en surface sur une épaisseur de trente à quarante centimètres. On peut alors installer une petite bambousaie.

Prendre soin des massifs tout au long de l’année

Les bambous sont pour la plupart des espèces robustes qui s’adaptent à diverses qualités de terrains et d’expositions. Et une fois que les plantes ont produit suffisamment de racines, elles sont capables de résister à des épisodes de sécheresse estivale. Toutefois, les bambous – sauf rares exceptions – ne sont pas de plantes de climat méditerranéen. Et sous le ciel provençal des apports en eau sont à prévoir.

Lorsque les bambous souffrent de la sécheresse, leurs feuilles s’enroulent sur elles-mêmes. C’est le signe qu’il est temps d’arroser. Il faut apporter une grande quantité d’eau une à deux fois par semaine.

Les bambous apprécient un apport en matière organique. Vous pouvez épandre en surface du fumier de cheval bien décomposé. D’autres matières organiques peuvent remplir cette fonction de fertilisation. La litière de feuilles mortes qui s’accumule sur le sol contribue à maintenir la vie dans le sol et une minéralisation efficace. Il ne faut donc pas la retirer.

Pour trouver des bambous

Il existe plusieurs pépinières spécialisées dans la vente des bambous. Les suivantes proposent une vaste gamme d’espèces et pratiquent la vente par correspondance :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha 82 − = 73