Bananier rouge – Ensete ventricosum

Le bananier rouge – nommé des botanistes Ensete ventricosum mais aussi de bananier d’Abyssinie – est une espèce ornementale cultivée dans les jardins des plus abrités du sud-est de la France. Ce bananier originaire d’Éthiopie gèle à quelques degrés en dessous de zéro. Mais il est possible de le protéger pour permettre son hivernage hors gel jusqu’au retour du printemps. Cet article vous présente le bananier rouge et sa culture en pleine terre et en extérieur. Bonne lecture.

Origine du bananier rouge

Le bananier rouge est une plante originaire d’Afrique de l’Est et plus particulièrement des montagnes éthiopiennes. Il est localement cultivé non pas pour ses fruits, mais pour la base de sa tige, qui contient une grande quantité d’amidon. En Éthiopie, le bananier rouge produit du source de féculent pour pas moins de 20 millions de personnes. Par contre, cet usage est inconnu en dehors d’Afrique.

Culture d’Ensete ventricosum

Ensete ventricosum a besoin d’une terre de bonne qualité. C’est-à-dire profonde, drainante et riche en matières organiques. La fertilisation permet d’accélérer la croissance de la plante. La chaleur est importante pour que les feuilles soient émises rapidement. En été, une feuille est produite chaque semaine, si les conditions de culture sont optimales.

Contrairement à d’autres bananiers comme Musa basjoo, le bananier rouge ne produit pas de rejet à sa base. Ainsi, la plante meurt après la production des fruits. Mais il existe des méthodes horticoles pour provoquer la division de la plante et ainsi multiplier certaines variétés d’intérêt.

Pour résumer

Le bananier rouge est une plante ornementale qui permet de créer une ambiance tropicale dans un jardin. Mais il faut considérer la faible résistance au gel de cette espèce. Ainsi Ensete ventricosum ne peut être considéré comme rustique que sur une marche littorale entre Menton et Cassis. Ailleurs, il faudra le planter en situation protégée et protéger la plante avec un voile d’hivernage. Ce qui n’empêchera pas le feuillage d’être détruit par le gel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 + 2 =