Brahea armata : plantation et entretien

Brahea armata est souvent nommé le palmier bleu du Mexique. Ce nom commun nous donne beaucoup d’éléments. En premier lieu son origine mexicaine, mais aussi sur la coloration bleutée de son feuillage. Cultivé depuis bientôt deux siècle dans les jardins du sud-est de la France, Brahea armata n’est pourtant pas commun. Sa croissance lente a longtemps freiné sa diffusion à large échelle. Mais actuellement, ce palmier se retrouve facilement dans les jardineries et il ne faut pas craindre de l’introduire dans son jardin, si votre climat le permet.

Comment reconnaître Brahea armata ?

Brahea armata est un palmier qui forme un stipe unique. Les feuilles sont bleutées, car recouverte d’une cire blanche. Cette dernière caractéristique permet de le distinguer des palmiers du genre Washingtonia.

Où planter un palmier bleu du Mexique ?

Le palmier bleu du Mexique est une espèce qui n’apprécie par longtemps la culture en pot. Cette espèce donnera de meilleurs résultats et exprimera ses qualités ornementales par la culture en pleine terre.

Originaire du nord du Mexique, Brahea armata est un palmier qui a besoin de chaleur durant l’été et d’une forte exposition au rayon du soleil. Il est à son avantage dans la moitié sud de la France. Mais même en Provence, les plantes qui sont plantées sous des arbres ou qui se retrouvent dépassées par la végétation environnante vont ralentir leur croissance et végéter. Vous devez donc choisir l’exposition la plus ensoleillée de votre jardin.

D’un point de vue de la résistance au froid, ce palmier résiste bien aux gelées de courte durée. En Provence, ces palmiers survivent sans problème à -12°C. Pour des températures plus basses, la résistance de la plante va dépendre de la durée du froid, mais aussi des conditions de culture de la plante. Ce palmier est moins résistant lorsque le sol est humide.

Bien que Brahea armata soit résistant au vent, il est préférable de privilégier les emplacements abrités des courants d’air et notamment des vents du nord, comme le mistral. Car ces emplacements abrités sont plus chauds et offrent une période de croissance prolongée par le palmier.

Brahea armata n’apprécie pas les sols constamment gorgés d’eau. Si votre sol est argileux et que des flaques se forment après la pluie et persistent plus d’une journée, il faudra placer ce palmier dans une position haute de votre jardin. On peut aussi contourner ce problème en aménageant des rocailles et cultiver le palmier bleu du Mexique au-dessus du niveau du sol d’origine. Cette technique se fait aussi pour la culture des plantes succulentes. Mais il faut apporter plusieurs mètres cubes de terre végétale pour créer ce mouvement de terrain.

Comment planter un palmier Brahea armata ?

Le trou de plantation doit être plus profond et surtout bien plus large que la motte du palmier que l’on va planter. Deux à trois fois la largueur semble le minimum. Bien entendu, si votre palmier est particulièrement gros, la largueur sera réduite.

Ce travail du sol va faciliter l’enracinement profond de la plante. On incorpore à la plantation 5 à 10% du volume de terreau de feuilles bien décomposé. Cette matière organique apporte des nutriments et améliore la structure du sol.

À la plantation, il ne faut pas enterrer la base du stipe du palmier. Le stipe est le terme qui désigne le tronc. Puis on arrosera abondamment la plante pour permettre de tasser le sol et de combler les poches d’air.

Par la suite et durant deux années, l’arrosage des plantes récemment plantées se fait au moins une fois par semaine entre juin et septembre. Ceci va permettre un enracinement rapide et une reprise de croissance optimale.

Il faut comprendre que les conditions de culture du palmier en pépinière étaient bien différentes. La plante était cultivée en pot, sous serre, avec une irrigation et une fertilisation régulière. En donnant des soins réguliers pendant les deux années qui suivent la plantation, on permet une acclimatation facilité et accélérée.

Quel entretien pour Brahea armata ?

Dans la moitié sud de la France et dans beaucoup d’autres pays méditerranéen, l’entretien des palmiers bleus du Mexique consiste à traiter les infestations du papillon palmivore. Pour traiter les palmiers contre les larves de papillon palmivore (Paysandisia archon), il faut appliquer un insecticide à la base des feuilles et dans le coeur de la plante. C’est dans cette partie du palmier que les chenilles creusent leurs galeries et provoquent le plus de dégâts.

Le charançon rouge du palmier semble moins intéressé par cette espèce, alors qu’il fait des ravage sur les plantations de Phoenix canariensis. Mais certains palmiers bleus du Mexique ont déjà été tués par Rhynchophorus ferrugineus.

Tous les palmiers apprécient l’eau en été. Brahea armata est une plante qui supporte la sécheresse, mais sa croissance s’accélère avec un arrosage abondant chaque semaine. On apportera au moins 20 litres d’eau par arrosage. Et pour que le liquide s’infiltre où se trouve les racines des plantes, il est préférable d’aménager une cuvette suffisamment large tout autour de la base de la plante.

Enfin, la taille des feuilles mortes doit être prévue, si l’on souhaite garder des palmiers bien soignés. La coupe des feuilles desséchées se fait au printemps ou en été. On peut couper les feuilles abimées, mais cette pratique peut attirer les papillons palmivores.

Autres espèces proches

Si vous souhaitez planter des palmiers capables de survivre aux hivers du sud-est de la France, vous pouvez essayer les espèces suivantes :

Cette liste n’est pas restrictive et d’autres espèces de palmiers peuvent être cultivées dans les jardins du sud-est de la France. Vous trouverez sur ce site des fiches descriptives.

Certaines espèces de palmiers sont plus rarement cultivées que d’autres et il est parfois nécessaire de rechercher longtemps une pépinière qui en propose. Vous pouvez aussi trouver votre bonheur sur les plateformes comme Ebay.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha 1 + 1 =