Brahea edulis : plantation, entretien et rusticité

Brahea edulis est un palmier originaire de l’île de Guadalupe, située à l’ouest du Mexique, dans l’Océan Pacifique. Cette localité ne doit pas être confondue avec la Guadeloupe des Caraïbes. Devenu rare dans son habitat naturel, il est heureusement plus facile à trouver auprès des pépiniéristes spécialisés. Cette plante montre une bonne résistance aux hivers méditerranéens et peut être cultivées dans les jardins abrités du sud-est de la France.

Pourquoi planter Brahea edulis ?

Pour un collectionneurs de palmiers, toutes les espèces présentent un intérêt. En revanche, pour un jardinier moins impliqué dans une famille particulière, une réflexion doit être menée avant de choisir un taxon plutôt qu’un autre.

Brahea edulis est un palmier de culture facile. Dans de bonnes conditions, il pousse :

Brahea edulis produit de grandes feuilles palmées. Contrairement à Washingtonia robusta, il ne porte pas d’épines dangereuses sur ses pétioles. Son feuillage n’est pas couvert d’une cire protectrice qui lui donne une couleur bleutée, comme pour Brahea armata. Le feuillage est vert.

Ce palmier est la cible des chenilles du papillon palmivore. Bien qu’ils soient moins attaqués que les palmiers chinois (Trachycarpus fortunei) et les palmiers nains (Chamaerops humilis), les palmiers âgés peuvent être détruits en quelques mois par des attaques.

Il faut donc se montrer vigilant et traiter préventivement au moins deux fois par an. Et à chaque fois que des signes d’infestation sont visibles à la base des nouvelles feuilles.

Plantation de Brahea edulis

Brahea edulis est une plante de culture aisée. Mais il faut prendre quelques précautions préalables et bien choisir le site de plantation.

Après quelques années, ce palmier prend de la place. Il faut lui réserver un rayon de deux mètres autour de lui dans lequel de grands arbres ou arbustes ne viendront pas le concurrencer pour le soleil.

Qualité du sol

Brahea edulis est peu exigeant sur la nature du sol. Celui-ci peut être calcaire ou non. Mais il est important qu’il soit bien drainant. L’argile en excès peut poser un problème de circulation de l’eau. Un tel sol peut être asphyxiant pour les racines.

Un bon amendement de matières organiques permet d’améliorer la structure du sol. On apportera à la plantation du compost bien décomposé ou un terreau de feuilles.

Exposition au soleil

Brahea edulis est un palmier pour une exposition ensoleillée. Il faut donc lui choisir un emplacement qui reçoit le plus de soleil direct durant la journée.

En France, une exposition plein sud et abritée des vents froids du nord est le meilleur choix à prendre. Cette configuration satisfait la plupart des espèces de palmiers et autres plantes subtropicales.

Entretien de ce palmier

Brahea edulis est facile à entretenir. Après la plantation, le jardinier n’aura pas beaucoup de travail à fournir. Ce palmier peut même s’accommoder d’un peu de négligence, après son bon enracinement.

Il aura besoin du maximum d’attention la première année et surtout durant le premier été. Il sera sans problème par la suite, sauf s’il vient à geler fortement. Dans ce cas, le jardinier devra protéger la plante si elle est encore de petite taille.

Arrosage de Brahea edulis

Comme la plupart des palmiers, la vitesse de croissance dépend de l’apport en eau durant la période la plus chaude de l’année.

Aucun arrosage n’est requis durant l’hiver, car les précipitations naturelles sont suffisantes pour satisfaire ce palmier. En revanche, durant la période la plus chaude et sèche de l’année, on pourra arroser une à deux fois par semaine ce palmier.

Fertilisation

Les palmiers apprécient aussi l’apport d’un fertilisant chaque année au printemps. Les engrais organiques sont préférables aux engrais chimiques. Car ils apportent des éléments qui stimulent l’activité biologique du sol. Les engrais à libération lente ne risquent pas de causer des brulures aux racines, si l’on respecte les doses conseillées par leurs fabricants.

Les palmiers ont des besoins soutenus en azote. Mais aussi en potassium, en phosphore et en oligo-éléments. Les engrais formulés pour les palmiers répondent au besoin de cette espèce.

On peut répandre l’engrais organique en surface et tout autour du palmier d’une couche de 3 à 5 centimètres. Du fumier mature ou de compost peuvent être utilisés si vous en avant à disposition.

Un paillage tout autour de la plante va aussi participer à la fertilisation du sol. En plus de stopper le développement des mauvaises herbes, le paillage protège la surface de la terre de la dessiccation.

Taille des feuilles

Les feuilles palmées peuvent être coupées ou non. Dans le cas où vous souhaitez garder une plante la plus ornementale possible, il est préférable de couper les feuilles lorsque celles-ci sont sèches. Les pétioles sont souvent épais et durs. Il faut donc utiliser une scie.

Si cela ne pose pas de problème, les feuilles et leur pétioles peuvent être coupés en morceaux et laissés à la surface du sol pour compléter ce paillage. Elle se dégraderont lentement en quelques années.

Rusticité de Brahea edulis

Malgré ses origines tropicales, Brahea edulis exprime une bonne résistance aux températures négatives. Il fait partie des espèces de palmiers que l’on peut planter dans un jardin du bord de Méditerranéen ou d’autres endroits favorisés : façade atlantique, centre des villes méridionales,…

Il se montre d’une résistance proche à celle de Brahea armata. S’il profite de bonnes conditions de culture, Brahea edulis peut résister à -10°C sans dégâts importants. On connaît des plantes qui ont survécu à -14°C dans le département du Var. Mais l’épisode froid ne s’imposait pas plus de quelques jours et la remontée des températures en journée était rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha 36 + = 40