Butiagrus nabonnandii : un palmier hybride mythique

Butiagrus nabonnandii est le nom scientifique donné à des palmiers issus d’un croisement entre Syagrus romanzoffiana et Butia capitata. Ce palmier a été nommé en l’honneur de Paul Nabonnand, horticulteur français féru d’obtentions horticoles. Mais le nom commun est palmier mule. Ce croisement – que l’on retrouverait aussi dans la nature – résulte en des plantes ornementales, mais aussi particulièrement vigoureuses. Les palmiers Butiagrus sont recherchés par les collectionneurs et bien que l’offre de plantules devient plus régulière, les prix des spécimens proposés sont encore très élevés.

Rusticité

Les premières plantations d’hybrides entre le genre Butia et le genre Syagrus ont été réalisées dans le sud-est de la France, il y a plus d’un siècle. On a suffisamment de recul pour qualifier les palmiers mules de rustiques sur la frange littoral du sud-est de la France. Ainsi dans ces zones, le mercures peut descendre entre -5°C et -10°C au cours des hivers les plus froids. On peut donc essayer de planter Butiagrus nabonnandii (hybride entre Syagrus romanzoffiana et Butia capitata) sur la façade atlantique, dans les jardins les plus abrités.

Plantation et entretien

Butiagrus nabonnandii est un palmier de croissance plus rapide que ses deux parents. Ce phénomène s’explique par la vigueur hybride. En quelques années, une plantule dont les feuilles sont encore entières (comme c’est le cas chez tous les palmiers) va donner un palmier au feuillage gracieux et dont le stipe est élargi à sa base.

Comme la plupart des palmiers, Butiagrus nabonnandii affectionne les exposition ensoleillée et les sols drainants et profonds. En Provence, un large trou sera creusé pour aider les racines dans leur future progression. Un apport de matière organique – terreau et fumier bien décomposé – est intéressant pour améliorer la structure du sol.

Butiagrus nabonnandii sera planté à l’abri du vent et si possible à un ou deux mètres d’un mur ou de la façade d’une habitation. Car ces emplacements sont les plus chauds tout au long de l’année. C’est dans ces conditions de culture que l’on mettra toutes les chances de son côté pour voir un palmier mule grandir et survivre aux hivers rigoureux. Car une seule nuit glaciale peut avoir raison d’années de croissance.

Autres Butiagrus

Butiagrus nabonnandii est le plus ancien hybride de palmiers cultivé. Mais actuellement plusieurs spécialistes de l’hybridation se lancent dans la production de nouveaux hybrides. Leur but étant de trouver des combinaisons qui donneront les plantes élégantes et rustiques sous les climats tempérés et subtropicaux.

Au delà de l’hybridation entre palmiers du genre Butia et du genre Syagrus, rapportons l’existence de Jubutia qui est un croisement entre Jubaea chilensis et Butia capitata. Ou encore le Jubutiagrus qui est le résultat de l’hybridation d’un Butiagrus et d’un Jubaea chilensis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha 82 + = 85