Chamaedorea microspadix : plantation et entretien

Chamaedorea microspadix est un palmier originaire du Mexique : Hidalgo, Querétaro, San Luis Potosí et Veracruz. Il s’agit d’une plante doit la taille est inférieure à 2 mètres de hauteur. L’espèce apprécie la culture à mi-ombre et une groupe de ce palmier constitue un bel ensemble de sous-bois. L’aspect des multiples stipes d’une plante est à l’origine du nom de palmier bambou. Les anglophones lui donnent le nom de hardy bamboo palm pour souligner sa résistance au froid, caractéristique rare pour un palmier du genre Chamaedorea.

Plantation et entretien

Chamaedorea microspadix se plait davantage à mi-ombre qu’en plein soleil. Ce constat est vérifiable dans les jardins du sud-est de la France. En le plaçant sous des arbres au feuillage persistant, ce palmier bénéficie d’une protection contre le froid. La canopée contribue à un effet de jungle en maintenant une température plus élevée de quelques degrés par rapport à une exposition dégagée.

Chamaedorea microspadix
Fruits de Chamaedorea microspadix en janvier au Domaine du Rayol

Chamaedorea microspadix est un palmier de culture facile. Le sol doit être drainant et si possible ne pas être trop argileux. Un ajout de matière organique – sous la forme d’un compost bien décomposé – est utile à la plantation. La fertilisation se fera chaque année au printemps ou au début d’été. Lorsque les pluies sont rares et les températures élevées, un arrosage abondant par semaine est conseillé.

Rusticité du Chamaedorea microspadix

Chamaedorea microspadix est un palmier originaire des montagnes de l’est du Mexique. Son habitat naturel et les conditions climatiques qui y règnent lui donne une bonne résistance au froid. Avec de bonnes conditions de culture, ce palmier peut survivre à -7°C.

chamaedorea microspadix au Domaine du Rayol
Chamaedorea microspadix au Domaine du Rayol

Chamaedorea microspadix peut être ajouté à une collection de palmiers. Si vous appréciez les palmiers de sous-bois, vous pouvez aussi ajouter son cousin, Chamaedorea radicalis. Ce dernier est un peu pus résistant au froid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6 + 2 =