Citron caviar : plantation, entretien et récolte de Microcitrus australasica

Le citronnier caviar est un agrume épineux qui produit un fruit délicieux – le citron caviar – et particulièrement surprenant. Nommé par les botanistes Microcitrus australasica (ou parfois Citrus australasica), la résistance au gel de cet arbuste épineux est assez faible et la culture de ce citronnier est réservée aux jardins les plus abrités du sud-est de la France. Mais on peut aussi le garder en pot, à condition de le déplacer sous serre ou en véranda pour l’hiver.

Histoire du citron caviar

Le citronnier caviar est depuis quelques années placé sur les devants de la scène horticole. Ces fruits sont utilisés par des cuisiniers célèbres. Enfin, le nom des fruits de cette plante attire aussi la curiosité.

citron caviar
Citron caviar. Crédit photographique : Olive Titus (Flickr, CC BY 2.0)

Son histoire commence en Australie, pays où il pousse à l’état sauvage. Les aborigènes le récolte dans la nature et le consomment comme tel.

À l’arrivée des colons européens, les forêts de l’est de l’Australie ont été défrichées pour laisser place à des cultures et à des pâturages. Les peuplements sauvages de citronniers caviar – ainsi que l’ensemble de la flore et de la faune – ont durement vécu cette période.

Le premier usage agronomique de Microcitrus australasica est la production de portes greffes pour d’autres variétés d’agrumes. C’est aussi que le citronnier caviar est arrivé en Californie en 1966.

Ce n’est pas la suite et assez récemment que le fruit du citronnier caviar va être apprécié à sa juste valeur. Et que les horticulteurs vont utiliser Microcitrus australasica pour sélectionner des variétés ou effectuer des hybridations.

Comment planter le citronnier caviar ?

Les citronniers caviar ont des besoins propres à tous les agrumes. Si l’on respecte les préférences de ces fruitiers, la culture n’est pas particulièrement compliquée.

Multiplication du citronnier caviar

Le citronnier caviar peut être multiplié par semis des graines. Pour obtenir un bon taux de germination, celles-ci doivent être fraiches. Il s’agit d’une plante à croissance lente.

Il faut souvent attendre entre 10 et 15 ans pour récolter le premier fruit d’un citronnier caviar qui aurait été semé. Mais des cultivateurs ont récolté leur premier fruit après seulement 4 ans d’attente.

La multiplication par bouturage peut être essayée. Mais le pourcentage des boutures qui produisent des racines est très faible. Ce mode de propagation est rarement utilisé.

Le greffage donne de meilleurs résultats. Le citronnier caviar peut être greffé sur de nombreux agrumes. Le choix du porte greffe dépend des conditions climatiques et pédalogiques de la région de culture.

Le greffage permet de raccourcir le délai d’attente pour obtenir une première récolte. Les premières récoltes arrivent après 3 ans, mais la plante atteint sa pleine capacité à partir de 5 ou 6 ans en pleine terre.

Le greffage est un mode de reproduction végétatif. C’est-à-dire que les greffes sont des clones et que les caractéristiques agronomiques sont identiques, ainsi que la qualité des fruits. Les variétés sont multipliées par greffage.

C’est pour ces raisons que le mode de propagation retenu par les horticulteurs et les jardiniers.

Culture en pot

Cultivé en pot, il sera placé à l’extérieur durant la belle saison. Et rentré sous une véranda ou une serre froide pour passer l’hiver. Ce mode de culture permet de garder un citronnier caviar pratiquement partout, quel que soit son climat.

Pour la culture en pot, le substrat sera composé pour deux tiers de terreau universel et d’un terre d’une terre de jardin non calcaire et non argileuse.

Chaque année, il faudra apporter un engrais à libération lente pour les agrumes. Cette fertilisation évite ou combat les carences.

Culture en pleine terre

En pleine terre, le citronnier caviar doit être planté à un endroit où le sol est de pH neutre, acide ou légèrement calcaire. Le drainage est un facteur important. Il est préférable de l’implanter en position haute d’un jardin ou sur une butte lorsque la terre est très argileuse. La tolérance à la texture et à la structure du sol dépend du porte-greffe. Bien souvent, les citronnier caviar sont greffé sur Poncirus trifoliata.

Microcitrus australasica est une plante qui pousse dans les sous-bois des forêts de l’est de l’Australie (en Nouvelle-Galles-du-Sud et au Queensland). Elle se plait à une exposition mi-ombre ou en plein soleil. L’exposition mi-ombre est souvent préférable, car la présence de hauts arbustes et d’arbres dans les environs réduit l’impact du vent et protège contre les gelées.

Avec de bonne conditions de culture, le citronnier caviar peut survivre à des températures de -4°C à -5°C. Cette résistance dépend de la durée d’exposition au froid, du vent, mais aussi du réchauffement durant la journée.

Microcitrus australasica est peu rustique pour le sud-est de la France, à l’exception des zones abritées proches du littoral. Si vous n’avez pas l’avantage de telles conditions, vous pouvez vous intéresser à un agrume dont le fruit est très semblable au citron caviar. Il s’agit de l’emerorange, hybride entre Citrus sinensis et Citrus glauca.

Quel entretien pour cet agrume ?

Cet agrume est robuste si les bons facteurs sont assemblés à la plantation. Le choix du site est très important, ainsi que l’emploi d’un amendement organique adapté.

Prévenir la chlorose

Les agrumes n’apprécient pas les sols trop calcaires. En fonction du porte-greffe employé le risque de chlorose est plus ou moins fort. Mais si les feuilles jaunissent, il faudra apporter un chélateur, en vente en jardinerie ou en ligne.

Protection contre les gelées

On peut le cultiver en pot et le protéger des gelées en le rentrant l’hiver en véranda ou sous serre gardée hors-gel.

En pleine terre, on peut le cultiver dans les zones les plus abrités du littoral méditerranéen. S’il venait à faire froid, la pose d’un voile d’hivernage permet de gagner quelques degrés et de protéger les plantes jusqu’à -5/-6°C.

Contrôler les ravageurs

Microcitrus australasica est assez peu sensible aux parasites. Les plus communs sont les cochenilles à bouclier et les cochenilles laineuses. Si les infestations sont faibles, les insectes peuvent être retirés à la main. En cas de plus forte pression parasitaire, une huile minérale peut être appliquée en pulvérisation.

Récolter des citrons caviar

Le citron caviar mérite t-il son nom ? Le citron caviar doit son nom à la texture granuleuse de sa pulpe. Ces petites billes ont la taille de grains de caviar.

Rencontrant un fort succès auprès des restaurateurs, le prix des citrons caviar était particulièrement élevé, il y a encore quelques années. Un prix de 100 à 200 euros par kilogramme de fruit n’est pas rare.

Il existe un producteur de citrons caviar en France métropolitaine. Celui-ci produit entre 500 et 800 kilogrammes de citrons caviar chaque année. Mais la demande nationale est assez forte pour que ces fruits soient directement importés d’Australie, congelés et revendu en ligne, comme le propose ce site. Face à sa rareté et son coût, le nom de citron caviar est encore pleinement justifié.

D’une forme cylindrique et longs de 5 à 8 centimètres de long, la couleur de leur peau, mais aussi celle de le pulpe dépend de la variété. Dans la nature, la plupart des fruits sont de couleur verte claire. Mais on retrouve une pulpe rosée et un peau pourprée dans la nature pour Microcitrus australasica var. sanguinea.

Les variétés les plus connues et appréciées en restauration sont :

  • “Emerald”
  • “Pink Ice”
  • “Chartreuse”
  • “Alstonville”
  • “Polka Dot”

Après récolte, les fruits peuvent être conservés un mois au frais, mais toujours au dessus de 8°C. Mais il est aussi possible de les congeler pour être en mesure de les stocker jusqu’à une année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha 27 − 25 =