La lavande : utilisations et culture

lavande

La lavande est avec l’olivier et le cyprès l’une des plantes emblématique de la Provence. Cette plante arbustive et vivace est aussi bien cultivée pour ornementer les jardins et les espaces verts, que pour la production d’huiles essentielles. Mais le nom de lavande désigne de nombreuses espèces et variétés qu’il convient de présenter, pour mieux apprécier la richesse de ces plantes. Cet article propose de faire une introduction au genre Lavandula. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

La lavande comme plante ornementale

Les lavandes sont des plantes vivaces originaires du Bassin méditerranéen et du Moyen-Orient. On retrouvent aussi quelques espèces sur les Îles Canaries, l’archipel du Cap-Vert, sur des massifs montagneux au coeur du Sahara, en Erythrée, en Ethiopie, en Somalie et en Inde.

Les botanistes ont décrit une quarantaine d’espèces et de nombreuses sous-espèces. De leur côté, les horticulteurs ont créé une profusion d’hybrides, de cultivars et de variétés qui vont le bonheur des jardiniers et des collectionneurs.

Appartenant à la famille des Lamiacées, les lavandes sont parentes avec le romarin, le thym, les menthes et les sauges.

De part ces origines, les lavandes sont parfaitement adaptées aux climats du sud-est de la France, tous marqués par des hivers humides et des étés secs et souvent caniculaires.

Les lavandes sont des plantes parfaitement rustiques que l’on peut utiliser dans les jardins de toutes les surfaces et configuration. Par contre, ces plantes ont besoin d’un sol drainant et d’une exposition ensoleillée. Car c’est en plein soleil qu’une lavande garde un port compact et se montre florifère.

La lavande est appréciée pour créer une base végétale pour les jardins méditerranéens. Elle rejoint les oliviers et les cyprès pour évoquer une ambiance provençale. On retrouve d’ailleurs cette mode paysagère bien au-delà de la Provence et la lavande trouve des passionnés partout dans le monde où sa culture est possible.

Les principales espèces ornementales

La quarantaine d’espèces que compte le genre Lavandula ont été classé en plusieurs sections par rapport à leurs affinités botaniques. Les espèces suivantes sont les plus communément cultivées en France. Il s’agit aussi des plus résistantes au froid. Car les nombreuses espèces originaires du continent africain et du Moyen-Orient sont probablement incapables de survivre aux hivers les plus rudes de Provence.

Lavandula angustifolia

Le nom commun de cette espèce est lavande vraie ou parfois lavande à feuilles étroites, traduction de son nom scientifique.

Lavandula angustifolia est abondamment cultivé sur les plateaux de l’arrière pays provençal entre 600 et 1800 mètres d’altitude. Elle est très résistante au froid.

Il existe une sous-espèce endémique du massif des Pyrénées, Lavandula angustifolia ssp. pyrenaica. Et on connaît aussi de nombreux cultivars et variétés horticoles. Mais les productions d’huiles essentielles apprécient surtout les variétés “Maillette” et “Matheronne”.

Avec Lavandula latifolia, cette espèce a spontanément généré le lavandin (Lavandula x intermedia), largement cultivé en Provence.

Lavandula dentata

Communément nommée lavande dentée, cette espèce se retrouve naturellement en Espagne et en Italie. Elle n’appartient pas à la flore française, mais on la retrouve cultivée dans les jardins.

Lavandula dentata
Lavandula dentata. Crédit photographique : Forest et Kim Starr (Flickr, CC BY 2.0)

Lavandula dentata est moins rustiques que Lavandula angustifolia. Mais il est possible de la cultiver durablement dans les zones de plaines du sud-est de la France et de la façade atlantique.

Lavandula lanata

La lavande laineuse est originaire des montagnes calcaires du sud de l’Espagne. Ses feuilles sont couvertes de courts poils, ce qui explique son nom commun. Lavandula lanata est une espèce qui a une résistance aux gelées comprise entre -5°C et -10°C.

Lavandula latifolia

Nommée lavande à large feuilles ou lavande aspic, Lavandula latifolia est présent en Espagne, en France et dans le sud de l’Angleterre.

Les essences de Lavandula latifolia entre dans la préparation de le célèbre onguent le Baume du tigre.

Lavandula stoechas

Lavandula stoechas est une espèce que l’on retrouve dans plusieurs régions du Bassin méditerranéen et notamment en Provence littorale, où le sol est schisteux et acide.

Son nom scientifique fait référence à l’archipel des îles d’Hyères (département du Var), que les anciens nommés les Stoëchades. Son nom commun est lavande papillon, car ses inflorescences sont surmontées de bractées violettes bien développées.

Cette espèce est rustique dans les jardins de plaines, mais plus fragile au fortes gelées que Lavandula angustifolia. On peut la cultiver sans risque partout où les hivers sont doux et si le mercure reste au dessus de -10°C.

Cette espèce est appréciée des jardiniers dans la plupart des régions tempérées du monde. Et les horticulteurs ont sélectionné plusieurs cultivars intéressants. En Australie, cette lavande s’est évadée des jardins et est reconnue comme une espèce invasive.

Lavandula x allardii

Cette lavande est hybride entre Lavandula latifolia et Lavandula dentata. Il s’agit d’une plante qui forme un arbuste jusqu’à 1 mètre et demi de hauteur. Sa résistance au froid est suffisante pour la cultiver partout où le mercure reste au-dessus de -10°C.

Lavandula x ginginsii

Cet hybride a été créé par un horticulteur de l’Oregon (États-Unis) a partir de Lavandula lanata et de Lavandula dentata. La résistance au froid n’est pas précisément documentée, mais il est préférable de réserver cette plante pour les zones où les gelées ne sont pas inférieures à -10°C.

Lavandula x intermedia

Il s’agit du lavandin qui est le fruit de l’hybridation naturelle entre Lavandula angustifolia et Lavandula latifolia. Le lavandin est particulièremen vigoureux et montre une très bonne résistance à la sécheresse pour les plantes déjà implantées. Les agriculteurs provençaux apprécient aussi ses rendements élevés en huiles essentielles.

La culture et l’entretien des lavandes en extérieur

Les lavandes apprécient une culture en plein soleil et sur un sol drainant. Les lavandes sont peu sensibles aux caractères agronomiques du substrat et l’on obtient de bons résultats en terre calcaire ou en terre acide. L’usage d’engrais doit être modéré pour ne pas favoriser le développement des tiges au dépend des fleurs.

En dehors de quelques insectes très spécifiques et rarement présents dans les jardins, les lavandes sont peu touchées par les parasites. Leurs huiles essentielles ont des propriétés insectifuges et insecticides.

Par contre, les plantes sont sensibles à la stagnation de l’eau au niveau des racines. Il est donc préférable de cultiver ces plantes sur des positions hautes d’un jardin lorsque le sol est argileux.

L’arrosage doit intervenir seulement pour les plantes assoiffées et sur les plantes cultivées en pot. Arroser trop souvent les lavandes peut provoquer des maladies des racines. L’excès d’arrosage est la première cause de perte chez ces plantes.

Pour éviter un stress hydrique aux jeunes plantes, il est préférable de réaliser la plantation à l’automne ou au début du printemps. Les racines ont alors le temps de coloniser le sol autour de la motte.

La lavande en agriculture

La lavande était employé durant l’Antiquité pour parfumer l’eau des bains et les vêtements. On connaissait également les propriétés médicinale de ces plantes aromatiques.

Depuis le 19ème siècle, la lavande est largement cultivée en Provence pour la production d’huiles essentielles. Les cultures se retrouvent notamment dans les plaines de l’arrière pays où les extrêmes de températures ne semble pas lui poser de soucis. La production provençale fait l’objet d’une AOP. Pour en savoir davantage sur cette AOP, consultez ce site.

L’usage de ces huiles essentielles de lavande par les parfumeries de la région de Grasse ont joué un rôle important dans l’essor de cette filière. Et c’est le lavandin qui est le plus largement exploité.

La récolte de la lavande se fait avant l’ouverture des fleurs. À une période où la chaleur estivale provoque l’augmentation de la concentration en huiles essentielles. Avant le passage à distillerie, les tiges et sommités florales coupées peuvent être mises à sécher ou bien broyées fraîches après récolte.

Les lavandes cultivées pour leurs huiles essentielles sont multipliées par bouturages, comme l’explique le site de la Pépinière Arnoux. Ce clonage permet de reproduire des plantes dont les rendements sont les plus élevés et qui sont adaptées aux caractéristiques climatiques et pédologiques d’un terroir.

Malheureusement, les champs des producteurs français sont touchés par une maladie qui détruit les plants de lavande. Cette maladie est provoqué par un agent microscopique nommé phytoplasme du Stolbur. Ce microbe est inoculé aux plantes par la piqûre d’un insecte suceur de séve, la cicadelle.

La France n’est plus le premier production mondial d’huiles essentielles de lavande. C’est la Bulgarie qui est passée devant elle depuis quelques années. Notons que la Chine cultive aussi la lavande depuis plusieurs siècles, et ses cultures se trouve dans la région du fleuve jaune. On cultive aussi la lavande à des fins industrielles en Ukraine et même au Canada.

La lavande en apiculture

Il ne faut pas oublier que les lavandes sont des plantes mellifères qui produisent une quantité abondante de nectar. Les abeilles apprécient de butiner sur leurs inflorescences et les apiculteurs transhument leurs ruches sur les champs de lavande pour profiter des miellées.

Chaque année, de nombreux apiculteurs installent pour quelques semaines leurs colonies d’abeilles là où l’on cultive la lavande et le lavandin, comme sur le plateau de Valensole (Alpes-de-Haute-Provence).

abeilles sur lavande
Les fleurs de lavande sont régulièrement visitées par les abeilles. Sources photographiques : Pixabay.

Le miel de lavande est le premier produit dérivé de cette culture après la production d’huiles essentielles. Ce n’est pas étonnant car ce miel à la texture crémeuse est très apprécié des consommateurs.

Si vous êtes amis des abeilles et des papillons, vous devez planter des lavandes dans votre jardin. Leurs floraisons au plus chaud de l’été apportent du nectar à ces insectes qui ont bien souvent des difficultés à ce nourrir durant cette période de l’année.

Les vertus médicinales des lavandes

Les lavandes sont cueillies et cultivées dans de nombreuses régions du monde pour leurs propriétés médicinales. Le feuillage persistant et aromatique est riche en molécules organiques dont les propriétés pharmacologiques sont connues depuis l’Antiquités.

L’huile essentielle de lavande à des propriétés anti-microbiennes, antiseptique et une action fébrifuge. Quel que soi l’usage fait d’une huile ou des fleurs séchées, Il convient de s’informer auprès d’un pharmacien sur l’usage de l’huile essentielle, afin de ne pas provoquer d’irritations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 1