Le genre Bambusa

Le genre Bambusa comprend de nombreuses espèces originaires d’Asie et dont certaines se montrent assez résistantes au gel pour être cultivées en climat méditerranéen. Ces bambous sont des graminées tropicales qui atteignent des dimensions variables. Certaines espèces culminent à moins de deux mètres et d’autres à plus de dix mètres de hauteur. Bambusa sinospinosa peut même atteindre 25 mètres de hauteur. Mais toutes ces espèces sont peu envahissantes, car leurs rhizomes ne sont pas traçants comme c’est la cas des Phyllostachys par exemple. Il est donc possible de les cultiver dans un jardin de petite surface et ainsi profiter de leur port gracieux et de leur feuillage persistant.

Quelles sont les principales espèces du genre Bambusa ?

Si vous aimez les bambous, mais que vous souhaitez éviter les espèces envahissantes, le genre Bambusa à plusieurs espèces qui vous intéresseront. Par contre, certaines sont encore très rares dans le commerce. Il est parfois nécessaire de les commander à l’étranger. Mais celles qui vont suivre sont les plus faciles à trouver dans les jardineries et chez les pépinières spécialisées, comme Crea’Paysage.

Bambusa arundinacea

Bambusa arundinacea est originaire d’Inde. Lorsque le climat est sec, ce bambou développe des épines. Il est l’un des rares bambous à être armé de la sorte. Il s’agit de l’espèce la moins rustiques de celles que nous présentons ici.

Bambusa chungii

Bambusa chungii est une espèce très rare en Europe, mais qui est plus commune aux États-Unis. Ce bambou a des chaumes teintés de bleu et est très ornemental. Espérons que les quelques plantes importées seront multipliés et proposées aux jardiniers collectionneurs.

bambusa chungii
Bambusa chungii. Crédit photographique : Scott Zona (Flickr, CC BY-NC 2.0).

Bambusa textilis

Bambusa textilis regroupe plusieurs variétés intéressantes. La plus commune est Bambusa textilis gracilis. Ces bambous peuvent atteindre de grandes dimensions, mais demandent un climat subtropical pour atteindre leur maximum. On doit toutefois s’attendre à des plantes dont les chaumes mesurent plus de cinq mètres de hauteur.

Bambusa tuldoides

Bambusa tuldoides est une espèce de développement modérée et robuste. Ce bambou n’est pas le plus spectaculaire du genre, mais se maintient facilement dans un jardin. Cette espèce tolère facilement -7°C.

Bambusa multiplex

Bambusa multiplex est la plus petite espèce présenté ici. Elle est suffisamment résistante au froid pour être cultivé en bord de mer et dans les jardins des plaines provençales. Protégée du vent, cette espèce peut survivre à -10°C.

bambusa multiplex
Feuillage de Bambusa multiplex. Source photographique : Forest and Star Nursery (Flickr, CC BY 2.0)

Bambusa oldhamii

Bambusa oldhamii est une belle espèce ornementale. Ces chaumes sont d’un bon diamètre et contribuent à créer une ambiance tropicale dans un coin de jardin. Les premiers dégâts sur le feuillage apparaissent vers -6°C. La plante est résistante à des gelées jusqu’à -10°C sur de courtes périodes.

Bambusa ventricosa

Bambusa ventricosa est une espèce que l’on retrouve souvent comme plante d’intérieur. Avec des conditions particulières de culture les chaumes prennent une forme ventrue. On nomme d’ailleurs cette espèce le bambou ventre de bouddha.

Bambusa ventricosa
Bambusa ventricosa. Crédit photographique : Jayesh Patil (Flickr, CC BY 2.0)

Comment cultiver ces bambous ?

La culture des bambous du genre Bambusa est facile. Elle est en tous points semblable à la culture des bambous.

Ces plantes peuvent même supporter l’été provençal si l’on prend garde de les arroser de temps en temps. Un arrosage abondant par semaine est suffisant pour des plantes déjà bien racinées. Pour des plantes qui ont moins d’une année de culture, il est préférable de les arroser deux fois par semaine entre juin et septembre. Dans tous les cas, on remarque que ces bambous ont soif lorsque leurs feuilles s’enroulent sur elles-même.

Tous les bambous gagneront à être plantés dans un terre drainante et un sol suffisamment profond. Mais si l’on a pas de bonne terre dans son jardin, il est toujours possible d’en faire rapporter quelques mètres cubes et de créer une zone où le sol est épais de cinquante centimètres.

Les bambous apprécient aussi une fertilisation annuelle. Pour enrichir le sol et stimuler l’activité biologique de celui-ci, il est préférable d’apporter du fumier en début et pourquoi pas un paillage avant l’hiver. Le paillage permet de protéger les racines comme le froid hivernal. Et en se décomposant de participer à la constitution d’humus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha − 2 = 1