5 palmiers multi troncs pour le sud-est de la France

Les palmiers multi troncs sont des espèces qui produisent spontanément plusieurs stipes ou troncs depuis leur base. Sur plus de 3600 espèces de palmiers, plusieurs présentent ce port qui les rend souvent compacts ou parfois même imposants. En France et plus particulièrement dans les régions aux hivers doux, il est possible de cultiver en pleine terre et toute l’année des palmiers multi troncs. Nous vous en présentons plusieurs espèces dans cet article. Bonne lecture et bon jardinage.

Chamaerops humilis

Il s’agit probablement de l’espèce de palmier multi troncs la plus communément cultivée en France. Cette espèce se retrouve en abondance dans le commerce et son prix d’achat est assez réduit. Nous vous conseillons Chamaerops humilis, si votre climat est suffisamment doux en hiver – résistance à -10°C – et si vous avez un emplacement très ensoleillé à lui offrir.

Chamaerops humilis vulcano
Chamaerops humilis de la variété “vulcano” en vente en jardinerie

Chamaerops humilis est connu au Maroc où il se décline sous la variété cerifera. Les feuilles de ces palmiers qui poussent dans les montagnes de l’Atlas sont couverte d’une cire. Le feuillage apparaît bleu. Le palmier bleu du Maroc se montre au moins aussi résistant que l’espèce type et trouvera toute sa place sur une rocaille.

Les horticulteurs ont aussi sélectionné et décrit d’autres cultivars et variétés. C’est par exemple le cas de Chamaerops humilis “vulcano” qui est parfois proposé par les jardineries. Ce palmier présente un port compact intéressant. Malheureusement, il se montre très susceptible aux attaques des chenilles du papillon palmivore.

Rhapis excelsa

Rhapis excelsa est une espèce originaire du sud-est asiatique. Bien que d’origine subtropicale, ce palmier cespiteux montre une bonne résistance au froid et aux gelées modérées. Si le mercure ne tombe pas fréquemment sous -5°C, vous pouvez planter ce palmier à une exposition mi-ensoleillée.

Rhapis excelsa. Crédit photographique : Scott Zona (Flickr, CC BY-NC 2.0)

Chamaedorea microspadix

Ce palmier de petite taille à l’âge adulte produit plusieurs stipes fins. Sa croissance est assez lente et la plante demande de bonnes condition de culture pour bien se développer. Sa résistance au gel est assez limitée (jusqu’à -7°C), bien qu’il soit l’un des plus rustique du genre Chamaedorea.

Pour en savoir plus sur ce petit palmier multi troncs, consultez notre article sur Chamaedorea microspadix.

Trithrinax campestris

Ce palmier est originaire d’Argentine et d’Uruguay. Il pousse dans des régions au climat chaud et humide en été, mais qui lui réserve des gelées durant l’hiver. Sa rusticité est acquise dans le sud-est de la France et la façade atlantique. Des températures jusqu’à -15°C sont supportées si le froid est de courte durée.

Trithrinax campestris
Trithrinax campestris est un palmier très ornemental qui est malheureusement dangereux à cause de ses nombreuses épines

Trithrinax campestris est un palmier massif dont les feuilles palmées se terminent par des épines acérées. Son stipe est aussi recouvert de longues épines. Pour ces raisons, il faut être prudent sur le lien d’implantation de ce palmier. Faites attention si votre jardin est fréquenté par des enfants. Et pensez à vous protéger si vous devez jardiner à proximité.

Phoenix reclinata

Le dattier du Sénégal est probablement l’une des espèces les plus gracieuses. Ce qui explique qu’il soit fréquemment planté dans les zones tropicales et subtropicales. Il connaît beaucoup de succès en Floride. Mais en France, sa faible résistance aux gelées le réserve aux zones privilégiées du littoral méditerranéen et de la façade atlantique. On peut admirer de beaux exemplaires à Menton, comme au Jardin botanique de Val Rahmeh.

Proche en apparence, les amateurs de dattiers multi-troncs peuvent cultiver Phoenix roebelenii. Cette espèce est originaire du sud-est asiatique, mais se montre capable de supporter quelques degrés sous zéro. Si votre climat est trop froid, vous pouvez le cultiver en pot et le garder sous serre ou véranda durant l’hiver. Car il s’agit d’un palmier de petit développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha + 78 = 86