Poncirus trifoliata : culture et entretien

Originaire de Chine et de Corée, Poncirus trifoliata est l’agrume le plus résistant au froid. En outre, il s’agit aussi du seul agrume caduque. C’est-à-dire qui perd ses feuilles en hiver. Cette plante exotique peut trouver sa place dans un jardin du sud-est de la France. Sa culture est facile, mais il faut accepter d’avoir une plante épineuse.

Usages du Poncirus trifoliata

Malheureusement son intérêt culinaire est très limité. Ses fruits, dont la taille atteint 5 cm de diamètre, contiennent une substance – la poncirine – qui leur donne un goût désagréable. Toutefois, la plante est intéressante comme porte-greffe en climat tempéré. Elle est largement produite pour cet usage. On peut aussi l’employer en haie défensive, car les rameaux de la plante sont épineux.

Culture et entretien

Comme tous les agrumes rustiques, il est important de cultiver ces plantes dans une terre de bonne qualité. Celle-ci doit être drainante et riche en matière organique. Les sols très calcaires peuvent provoquer une chlorose du feuillage.

L’exposition doit être ensoleillée, en choisissant si possible une orientation sud-est ou est. Les plantes semblent apprécier de passer à l’ombre les après-midi d’été.

Dans le sud-est de la France, l’arrosage est nécessaire. Dans leur milieu naturel, ces plantes sont soumises à un régime de mousson. C’est-à-dire que les précipitations sont plus importantes en été qu’en hiver. Ce qui est l’inverse chez nous. Un ou deux arrosage par semaine permettent de garder les plantes en bon état.

Dans de bonnes conditions de culture, cette espèce peut survivre à -20°C et parfois à des températures plus basses. Elle est donc rustique sur le long terme dans toute la Provence des vallées et des plaines.

Poncirus “flying dragon”

Il existe une variété ornementale que l’on nomme communément flying dragon. Les botanistes la désignent sous le nom scientifique de Poncirus trifoliata var. monstrosa. Les plantes de cette variété développent des branches tortueuses. Sa croissance est plus lente que l’espèce type.

La résistance au froid semble montre que l’espèce type, mais l’on peut l’introduire dans la plupart des jardins du sud-est de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WC Captcha − 7 = 3