Les palmiers du genre Washingtonia

Le genre Washingtonia compte deux espèces abondamment cultivées dans le monde et très souvent plantées dans le sud-est de la France : Washingtonia filifera et Washingtonia robusta. De croissance rapide, robustes et résistantes au froid, ces plantes sont indiquées pour les amateurs de plantes exotiques.

Différences entre Washingtonia filifera et Washingtonia robusta

Les palmiers du genre Washingtonia se ressemblent et les débutants les confondent souvent. De plus, il existe des hybrides qui ont des caractéristiques intermédiaires.

Les deux espèces portent des feuilles palmées et ont forme un seul stipe. Mais les jardiniers et les paysagistes aiment parfois les planter par groupe de deux ou trois. Ce qui laisse souvent l’impression d’une seule plante qui forme plusieurs troncs.

On peut aussi confondre les palmiers du genre Washingtonia avec Brahea armata et encore plus avec Brahea edulis. Les palmiers du genre Sabal sont aussi ressemblant.

Washingtonia filifera

Ce palmier est originaire du sud-ouest des États-Unis et du nord-ouest du Mexique. Il s’agit de l’espèce la plus résistantes au froid du genre Washingtonia. Ces plantes ont survécu aux hivers les plus froids entre Marseille et Nice.

Des deux espèces, il s’agit de l’espèce dont le stipe est le plus large. Sa croissance est aussi plus lente. Les pétioles sont armés de petites épines et ne présentent pas de danger particulier.

Washingtonia robusta

Ce palmier est présent dans le nord-ouest du Mexique. Il est moins résistant au froid que la précédente espèce. Mais on peut l’introduire dans la plupart des jardins du littoral méditerranéen, ainsi que dans les zones les plus abritées de la façade atlantique.

Washingtonia robusta est largement cultivé et se retrouve à des prix compétitifs dans le commerce. Il est souvent vendu comme palmier rustique dans des régions où il a peu de chance de survivre.

Ce palmier a une stipe plus fin et monte plus haut que Washingtonia filifera. Ses pétioles sont armés de dents longues et recourbés. Le jardinier doit prendre garde à celles-ci lorsqu’il coupe les feuilles mortes ou abimées. Ces épines acérées percent facilement des gants de cuir.

Comment cultiver ces palmiers ?

Ces palmiers sont de culture très simple. Le seul péril réside dans une vague de froid et des températures trop basses. Washingtonia robusta peut survivre jusqu’à -10°C si les gelées sont de courtes durées. Washingtonia filifera est plus résistant et peut survivre jusqu’à -15°C.

Ces palmiers poussent dans des milieux ouverts. Il faut donc les plantes dans une zone très ensoleillée d’un jardin. Bien qu’ils soient résistant au vent, mieux vaut les installer à l’abri d’une haie, d’une habitation ou d’un mur pour qu’ils profitent de plus de chaleur en hiver.

Ces palmiers répondent bien à l’arrosage. En été, il faudrait arroser au moins une fois par semaine. Le reste de l’année, les précipitations sont suffisantes pour les plantes racinées.

La fertilisation permet aussi d’accélérer la croissance des palmiers Washingtonia. De nombreux types d’engrais peuvent être employés. Il faut mieux privilégier les engrais organiques, car ils favorisent l’activité biologique du sol. La structure du sol est améliorer et la santé des plantes aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 1