Chamaerops humilis : plantation et entretien

Chamaerops humilis est une espèce de palmier que l’on retrouve naturellement sur le pourtour méditerranéen occidental. Il est très commun dans le sud de l’Espagne. On le retrouve aussi en Afrique du Nord où il se décline aussi sous la forme d’une variété au feuillage bleuté, Chamaerops humilis cerifera. Il est aussi l’unique palmier à pousser naturellement en quelques endroits du littoral provençal. Ce palmier est généralement de petite taille et son port est buissonnant. On le nomme souvent palmier nain. Il est suffisamment résistant au froid et au vent pour être cultivé aussi bien au bord de la Mer Méditerranéen que dans l’arrière pays provençal. Il peut résister au froid jusqu’à -10 °C et au delà, si la plante est cultivée dans de bonnes conditions.

Comment planter le palmier nain ?

Chamaerops humilis demande un sol drainant et une exposition ensoleillé. Mais il peut aussi se maintenir à la mi-ombre. En fonction de l’exposition au soleil, les plantes n’auront pas le même port. Elles sont plus compact en plein soleil.

Les palmiers apprécient un sol assez profond. Mais le palmier nain est aussi capable de survivre dans des sol caillouteux, comme il le démontre dans son habitat naturel.

Contrairement à la plupart des plantes, il est habituel de planter les palmiers à la fin du printemps et en été, lorsque le sol est suffisamment réchauffé.

Pour faciliter le développement des plantes, un trou suffisamment large doit être creusé. Il est conseillé de creuser un trou deux fois plus large que le pot de la plante et une fois et demi plus profond que celui-ci. On apportera un peu de matière organique à la plantation sous la forme d’un terreau ou d’un fumier bien décomposé.

Une fois planté, le jardinier aménage tout autour de la plante une cuvette pour pouvoir apporter des arrosages abondants. L’arrosage se fera le premier été deux fois par semaine jusqu’au retour des pluies d’automne.

Quel entretien pour Chamaerops humilis ?

Le palmier nain est une plante d’entretien facile. Elle supporte aussi l’abandon, mais exprimera davantage son potentiel ornemental avec les soins des jardiniers attentifs.

L’arrosage

Chamaerops humilis est parfaitement adapté au climat méditerranéen. Les sujets plantés depuis plus de deux années supportent parfaitement l’absence d’arrosage durant l’été. Mais comme pour tous les palmiers, l’irrigation accélère la croissance de la plante et permet d’obtenir un aspect ornemental plus intéressant.

En été, on pourra arroser les palmiers nains une à deux fois par semaine. Il est préférable de faire un seul apport d’eau en grande quantité que plusieurs apports légers qui ne pénètreront pas profondément dans le sol.

La fertilisation

Les palmiers apprécient aussi une fertilisation annuelle. On peut utiliser des engrais organiques pour nourrir le sol et améliorer sa texture. Du fumier bien décomposé peut être apporté au printemps tout autour de la plante sur une épaisseur de quelques centimètres et dans un rayon d’un mètre autour du pied.

La taille des feuilles

Les palmiers nains demandent aussi une taille des feuilles mortes pour être du plus bel aspect. On coupe les feuilles qui jaunissent une à deux fois par an. Les pétioles des feuilles sont armées d’épines. Il faut donc faire attention à ne pas se blesser. Le port des gants est conseillé.

Lutte contre les parasites

Malheureusement, Chamaerops humilis est victime d’un parasite originaire d’Amérique du Sud. Il s’agit des chenilles d’un papillon palmivore. Nommé par les entomologistes Paysandisia archon, le papillon des palmier provoque de gros dégâts dans les jardins du sud-est de la France. Là où il est présent, il est nécessaire de traiter les palmiers nains.

Le traitement contre les chenilles de Paysandisia archon se fait sous la forme d’une solution insecticide que l’on fait couler dans le coeur du palmier. C’est à cet endroit que les chenilles se trouvent et qu’elles causent des dégâts. Les insecticides peuvent aussi être remplacés par des traitements biologiques à base de nématodes. Mais ces traitements pour être efficaces demande un peu plus de connaissance de la part du jardinier.

Si l’on ne traite pas ses palmiers nains contre les chenilles de Paysandisia archon, ils risquent d’être rapidement détruits. C’est donc une corvée à accomplir au moins deux fois par an, au mois de mai et au mois de septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 23 = 33